La photographie animalière est un acte simple mais très délicat qui consiste à photographier des animaux dans leur habitat naturel. Il est difficile de s’imaginer aujourd’hui qu’il était presque impossible de prendre des images nettes d’animaux au milieu ou à la fin du 19e siècle. Les appareils, les objectifs et les pellicules de l’époque étaient tout simplement trop lents et encombrants. C’est pour cette raison que la plupart des photos d’animaux sauvages de l’époque étaient loin d’être sauvages. La célèbre photo de Frank Hayes (1864) du quagga, une race rare de zèbres aujourd’hui disparue, a en fait été prise dans un zoo.

File:Quagga London Zoo.jpg - Wikipedia

Quagga avec son gardien au zoo de Londres par Frank Hayes, 1864, via Wikipedia

De nombreux autres photographes de l’époque préféraient en fait photographier des animaux empaillés qui, par la force des choses, ne bougeaient pas. Il a fallu attendre que les vitesses d’obturation des appareils photo deviennent beaucoup plus rapides vers la fin du XIXe siècle pour que les photographes puissent prendre des photos d’animaux dans leur habitat naturel. Un bon exemple en est la série réalisée en 1884 par le photographe allemand Ottomar Anschutz qui a saisi les premiers oiseaux sauvages en vol.

File:Anschütz Vol cigogne étude 1884.png - Wikimedia Commons

Oiseaux en vol par Ottomar Anschutz, 1884, via Wikipedia

La revue National Geographic a publié ses premières photos d’animaux sauvages en 1906 et le genre est rapidement devenu populaire parmi les photographes et les personnes intéressées par le monde de la nature. Aujourd’hui, de nombreuses personnes parcourent le monde dans le but de photographier les animaux les plus furtifs. D’autres se contentent de photographier des oiseaux, des blaireaux et des insectes dans leur propre jardin. Et bien sûr, qui n’aime pas un beau portrait de son animal de compagnie ? Aujourd’hui, des millions d’amoureux des animaux photographient leurs compagnons à quatre pattes. Seth Casteel va plus loin et prouve que les chiens ont toutes sortes d’habitats naturels, y compris des habitats sous-marins !

Chien en plongée par Seth Casteel, via sethcasteel.com

Il est impératif de connaître les techniques et les réglages adaptés à la faune sauvage de votre appareil photo

Il ne fait aucun doute que photographier des animaux est l’une des formes de photographie les plus difficiles. Après tout, ils sont imprévisibles et il est impossible de les diriger. Mais avec les bonnes techniques et connaissances, votre photographie animalière ne manquera pas de prendre son envol.

1. Utilisez le bon objectif

Des colibris qui fendent l’air comme des éclairs aux chiens fous qui tente d’attraper des frisbees, les animaux sont difficiles à suivre. C’est précisément pour cette raison que les photographes animaliers ont souvent recours à des téléobjectifs qui leur permettent de zoomer de loin sur leurs sujets. Certains utilisent des longueurs focales polyvalentes comme l’objectif 75 mm à 300 mm, tandis que d’autres optent pour des objectifs ultra-télescopiques comme le 800 mm. Quel que soit l’objectif que vous choisissez, assurez-vous d’en choisir un avec SOI (stabilisation optique de l’image) intégré, afin de réduire les inévitables tremblements de l’appareil lorsque vous zoomez à fond.

Conseil additionnel : certains téléobjectifs sont également dotés de fonctions macro ce qui les rend parfaits pour s’approcher au plus près des petites créatures rampantes dans votre jardin ou lors d’un safari.

2. Prenez des photos en utilisant le mode qui donne la priorité à la vitesse d’obturation

Que vous ayez l’intention de photographier des écureuils dans votre jardin ou des mouettes en vol sur la plage, vous aurez certainement besoin d’une vitesse d’obturation rapide. Cela permettra à votre appareil de “geler” le mouvement et de capturer des images nettes. La plupart des appareils photo disposent d’un mode de prise de vue appelé “priorité à l’obturateur” ou “priorité à la vitesse d’obturation”, qui s’affiche comme “TV” ou simplement “S” sur votre sélecteur de mode. Ce mode est parfait pour photographier des animaux se déplaçant rapidement, car il permet de contrôler et de maintenir manuellement la vitesse d’obturation tout en laissant l’appareil régler automatiquement l’ouverture et la sensibilité ISO. Commencez par une vitesse d’obturation de 1/500 et passez à 1/1000 ou 1/2000 pour les animaux se déplaçant très rapidement, comme les oiseaux ou les chiens courant sur la plage.

Conseil additionnel : si vous prenez des photos d’animaux sauvages avec votre smartphone, téléchargez une application photo comme “Manual Camera DSLR” pour contrôler la vitesse d’obturation de l’appareil photo de votre téléphone.

3. Utilisez une grande ouverture

La plupart des photographes animaliers ouvrent le diaphragme de leur objectif au maximum. Par exemple, f/2.8 ou f/4. Cela permet de laisser entrer la plus grande quantité de lumière possible dans l’appareil photo, ce qui signifie que vous pouvez utiliser des vitesses d’obturation plus rapides. Comme nous l’avons mentionné plus haut, ceci est essentiel pour photographier les animaux. En prime, une grande ouverture vous aidera également à estomper l’arrière-plan et à isoler votre sujet.

Conseil additionnel : si vous photographiez des groupes d’animaux, par exemple un troupeau de chevaux ou de vaches dans un champ, il vous faudra peut-être utiliser une ouverture plus petite, comme f/5.6 ou f/8, pour obtenir une profondeur de champ plus importante et vous assurer que tous les animaux sont nets.

4. Utiliser le mode de focalisation continue

La plupart des appareils photo sont configurés par défaut pour un autofocus simple (AF simple, AF-S ou AI-Servo), ce qui signifie que l’appareil ne fait la mise au point qu’une seule fois sur le sujet lorsque vous appuyez sur le déclencheur. Cependant, si vous basculez votre mode de mise au point sur l’autofocus continu (AF continu, AF-C ou AI-Servo), votre appareil photo continuera à suivre et à faire la mise au point sur votre sujet pendant qu’il se déplace dans le cadre. C’est parfait pour maintenir la mise au point sur des oiseaux en vol ou des animaux à quatre pattes courant à toute vitesse.

5. Utilisez votre obturateur électronique

Vous prenez des photos avec un appareil moderne, sans miroir ? Dans les paramètres de votre appareil photo, vous trouverez probablement une option permettant de choisir entre “obturateur mécanique” et “obturateur électronique”. Les obturateurs électroniques sont plus ou moins silencieux, ce qui les rend parfaits pour photographier des animaux, car vous ne les effrayerez pas à chaque fois que vous prendrez une photo.

Conseils et techniques de photographie de faune sauvage adaptés à des scénarios spécifiques

Animaux en mouvement

Qu’il s’agisse de votre chat bondissant d’un canapé à l’autre ou d’un cheval galopant à toute allure sur une plage, pour saisir des animaux en mouvement, vous aurez besoin d’une vitesse d’obturation très rapide. Réglez votre appareil photo en mode priorité à l’obturateur et sélectionnez une vitesse d’au moins 1/1000. Ouvrez le diaphragme le plus grand possible et réglez la sensibilité ISO jusqu’à ce que vous soyez satisfait de l’exposition (entre 500 et 800). Utilisez la focalisation continue pour vous aider à suivre vos sujets.

Oiseaux en vol

Les oiseaux en vol sont parmi les animaux les plus difficiles à photographier et nécessitent des vitesses d’obturation ultra rapides. Réglez votre appareil photo en mode priorité à l’obturateur et sélectionnez une vitesse de 1/2000. Ouvrez le diaphragme le plus grand possible et réglez la sensibilité ISO jusqu’à ce que vous soyez satisfait de l’exposition (entre 800 et 1600). Utilisez la focalisation continue pour vous aider à suivre les sujets les plus rapides.

Les animaux immobiles ou se déplaçant lentement

Vous avez vu un blaireau dans votre jardin ? Un flamant rose paresseux au parc ? Ou votre chiot endormi sur votre canapé ? La photographie de la vie sauvage ne nécessite pas toujours d’être rapide comme l’éclair. Parfois, il s’agit plutôt d’être furtif. Dans ce cas, essayez d’utiliser l’obturateur électronique silencieux de votre appareil photo et choisissez une vitesse d’obturation d’environ 1/250 ou 1/500. Fermez le diaphragme à environ f/4 ou f/5.6 pour obtenir une meilleure mise au point du sujet et utilisez une faible sensibilité ISO, comme 400, pour obtenir des images nettes et claires. Il vous suffit ensuite de zoomer aussi près que possible tout en restant aussi immobile et silencieux que possible pour ne pas effrayer votre sujet.

Insectes et autres créatures minuscules

Sortez dans votre jardin ou dans un parc local avec un objectif macro et vous serez étonné de la quantité de vie qui grouille sous votre nez. Des grenouilles aux vers en passant par les araignées et les escargots, les petites créatures sont encore plus spectaculaires de près. Utilisez une ouverture plus grande, comme f4 ou f/5.6, pour obtenir une mise au point plus nette. Et même si votre sujet ne se déplace pas très vite, vous aurez besoin d’une vitesse d’obturation relativement rapide, car les objectifs macro amplifient les petits tremblements que nous faisons tous. Utilisez une vitesse de 1/500 ou plus, et ajustez votre sensibilité ISO en conséquence (vous ne devriez pas avoir besoin de dépasser 800). Privilégiez l’autofocus simple – “Single AF”, “AF-S” ou “AI-Servo” – plutôt que continu, car il vous permettra d’être plus précis à courte distance.

Conseils créatifs pour la photographie de la vie sauvage

Sortez tôt (et restez tard)

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Prenez votre appareil photo et sortez avant le lever du soleil pour capturer la faune locale en pleine action. En plus d’être une période d’alimentation pour de nombreux animaux, c’est aussi le moment où les heures dorées du lever du soleil sont les meilleures. Même si le soleil ne brille pas, vous serez en mesure de créer des images spectaculaires d’animaux plongés dans la brume matinale. Si vous êtes plutôt un oiseau de nuit qu’un lève-tôt, partez juste avant le coucher du soleil et prenez des photos pendant les heures dorées du soir. C’est à ces heures-là que les oiseaux sont les plus actifs, car ils recherchent leur dernier repas de la journée. Si vous restez dehors assez tard, vous aurez peut-être la chance de voir une chouette en action !

Restez près de chez vous

Il n’est pas nécessaire de partir en safari au fin fond de l’Afrique pour perfectionner vos talents de photographe animalier. Mettez votre téléobjectif en marche et pointez-le par la fenêtre. Avec un peu de patience, vous serez surpris par le nombre d’animaux qui passent dans votre jardin ou votre rue. Installez une mangeoire pour attirer les oiseaux ou laissez des en-cas à la disposition des blaireaux, des écureuils et des renards. Et surtout, vous photographiez depuis le confort de votre maison !

Jouez avec des vitesses d’obturation plus lentes

Le manuel de photographie indique qu’il faut utiliser des vitesses d’obturation rapides comme l’éclair pour capturer des animaux sauvages, mais vous pouvez également obtenir des clichés impressionnants en utilisant des vitesses d’obturation lentes. Par exemple, si vous photographiez un oiseau à 1/25, vous pouvez donner à vos images suffisamment de flou pour donner une impression de mouvement. Il en va de même pour les animaux terrestres. Faites pivoter votre appareil photo pour suivre votre sujet pendant que vous faites la mise au point sur lui et laissez l’arrière-plan s’estomper lorsque vous appuyez sur le déclencheur. Ce n’est pas facile, mais c’est très amusant et cela en vaut vraiment la peine lorsque vous y arrivez !

Entraînez-vous avec votre animal de compagnie

Les meilleures photos de la faune sauvage sont parfois celles des boules de poils qui vivent chez nous. Emmenez-les dans le jardin ou à la plage avec leur jouet préféré et entraînez-vous à prendre des photos dynamiques d’eux en train de courir et de jouer. Ou alors, pourquoi ne pas essayer de les photographier sans qu’ils s’en rendent compte et de capturer des images spontanées.

La photographie de la vie sauvage consiste autant à être dans la nature qu’à prendre des photos. Ne vous inquiétez donc pas si vous rentrez chez vous sans la moindre prise de vue. Soyez patient et persévérant, prenez des photos aussi souvent que possible, et vous développerez bientôt les compétences nécessaires pour capturer des moments vraiment sauvages !

Commentaires